Inclure des élèves d’ULIS TFC en Technologie 1/2

Par : Minutolo Christophe
ULIS Troubles des fonctions cognitives

Troubles des fonctions cognitives : de quoi parle-t-on ?

Cet article a pour objectif de proposer une aide pour l’accueil des élèves en situation de handicap dans nos classes en cours de Technologie. Le choix du handicap associé aux troubles des fonctions cognitives étant le plus répandu dans les unités locales inclusions scolaire ULIS en collège et lycée est présenté dans l’article qui vous est proposé.

1.1. "Définition"

Parler de troubles des fonctions cognitives requiert une extrême prudence dans la mesure où les concepts liés et les notions associées de déficience comme de handicap intellectuel recèlent des enjeux idéologiques forts.

En effet, il faut souligner l’ambiguïté du mot trouble lié au concept de « handicap ». Ces termes désignent aussi bien des difficultés de nature physique, physiologique et/ou psychique limitant les capacités d’une personne, que les problèmes et les obstacles qu’elle rencontre dans sa vie quotidienne du fait de la spécificité de ses caractéristiques constitutives.

Quels que soient les termes adoptés, il s’agit de pouvoir qualifier tant une déficience intellectuelle (approche scientifique) que les conséquences entraînées par cette déficience (approche sociale).

Cependant, au vu de l’état actuel des recherches, de l’évolution de la réflexion et des textes législatifs, il convient de considérer l’ensemble des capacités d’organisation, d’intégration et de socialisation de l’individu. Les indications psychométriques ne sont plus qu’un élément parmi d’autres.

Les difficultés cognitives peuvent apparaître soit d’emblée dans le développement psychique de l’enfant, suite à des aberrations
chromosomiques, des maladies génétiques ou de développement in utero, soit survenir comme une détérioration secondaire, à la suite de problèmes de santé ou de maladies.

On parle volontiers, dans les causes les plus fréquentes de déficience intellectuelle, de la trisomie 21 et du syndrome de l’X fragile. Des facteurs aggravants liés à l’environnement, comme la maltraitance ou la négligence grave ou en lien avec une maladie mentale, comme la psychose, peuvent aussi jouer un rôle dans la survenue de troubles des fonctions cognitives.

[La Classification Internationale des Handicaps utilise le terme de "déficience intellectuelle" au lieu de "handicap mental". La déficience correspond à "toute perte ou anomalie au niveau psychologique, anatomique ou physiologique". Elle s’articule autour de 3 niveaux : corps, personnel et social, en interaction avec le contexte culturel et social.

De Boeck Université, 2001 OMS : "Est appelé handicapé celui dont l’intégrité physique ou mentale est progressivement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l’effet de l’âge, d’une maladie ou d’un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à occuper un emploi s’en trouve compromise".]

Paradoxalement en 2006, dans ses communications, une association comme l’UNAPEI* insiste encore sur l’évidence qu’« une personne handicapée mentale est une personne à part entière. Elle est ordinaire parce qu’elle connaît les besoins de tous, dispose des droits de tous et accomplit les devoirs de tous. Elle est singulière parce qu’elle est confrontée à plus de difficultés que les autres citoyens. Un individu en situation de handicap mental est avant tout une personne humaine ; celle-ci a besoin d’être davantage aidée et accompagnée différemment que les autres. »

*L’Unapei est la principale fédération d’associations représentant en France les personnes handicapées mentales et leurs familles.

1.2. "Handicap mental" et "handicap psychique" : quelle différence ?

Le "handicap mental" est la conséquence d’une déficience intellectuelle. La personne en situation de handicap mental éprouve des difficultés, plus ou moins importantes, de réflexion, de conceptualisation, de communication et de décision, qui nécessitent un accompagnement humain, adapté à son état et à sa situation.

Le "handicap psychique" est, quant à lui, la conséquence d’une maladie mentale. La personne handicapée psychique est marquée par une altération ou une perturbation de ses facultés mentales, susceptibles d’être guéries ou réduites, au moyen d’une thérapie adaptée.

1.3. Elèves présentant des troubles des fonctions cognitives : quelles difficultés ?

L’école est le lieu privilégié des apprentissages fondamentaux et du vivre ensemble. L’enfant s’y voit proposer un ensemble d’activités cognitives et sociales dans le respect de programmes officiels. Certains élèves éprouvent une certaine lenteur, des difficultés répétées, à répondre aux tâches proposées par l’enseignant dans les temps et les conditions impartis, qui à terme entraînent un retard effectif dans les acquisitions scolaires, des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation, de communication et de décision. Tout individu étant singulier, chacun présente des capacités et des difficultés propres mais du fait de la limitation de certaines ressources intellectuelles, il pourra éprouver des difficultés pour :

- organiser sa pensée,
- établir des liens de causalité,
- gérer ses actions,
- mémoriser des informations,
- fixer son attention
- établir une relation « banale »
- s’exprimer et communiquer facilement (code de communication et/ou de vocabulaire)
- suivre des règles culturelles élémentaires (code de communication, règles de vie)
- retrouver des données,
- anticiper et planifier,
- entrer dans la pensée abstraite,
- prendre en compte le contexte,
- apprécier l’importance des informations à disposition
- trouver une réponse adaptée rapidement
- agir aisément face à une situation donnée,
- s’adapter à des changements
- se repérer dans l’espace et le temps ...

Ce sont par ailleurs des élèves qui ont besoin de plus de temps, plus de répétitions pour assimiler, de passer par des exemples de situations concrètes, des manipulations, pour accéder à certaines notions ou à certains raisonnements.

Ils sont rassurés par des rituels et la réalisation de tâches répétitives, l’imprévu est souvent source d’angoisse et de perte de moyens.

Plus généralement, toute perturbation peut être énormément déstabilisante (effet de panique, de suivisme, démission... la personne peut rester sur place, parfois pendant des heures).

Ces élèves peinent à suivre le rythme de la classe qu’ils fréquentent et montrent un retard de développement par rapport à leur classe d’âge.

1.4 Quelques Statistiques :

En moyenne 9000 élèves 1er et 2nd degré confondus par an et académie. La répartition des élèves handicapés tous handicaps confondus dans le secondaire est la suivante à la rentrée 2011- 2012 : 69,6 % des élèves sont en collège, 10,3 % en lycées, 9,9 % en formation professionnelle pour les autres structures 10,2%. A savoir que ces élèves seront soit en inclusion dans vos classes quelle que soit la matière enseignée et pourront également être en dispositif ULIS encadré par le coordinateur et ayant des interventions disciplinaires spécialisées et adaptées. Cependant la prise en charge des enfants ne sera effective que si les parents et uniquement eux en font la demande . Dans le cas contraire, les élèves se trouveront dans une scolarité classique (voir le parcours d’un élève).

1.5 Comment se former ?

1) Le Plan Académique de Formation (PAF) est destiné à tous les personnels de l’Éducation nationale, quelle que soit leur fonction.

2) Le Certificat complémentaire pour l’adaptation scolaire et la scolarisation des élèves handicapés (2CA-­‐SH) -­‐ second degré.

3) Les stages MIN (Module d’Initiative Nationale)

4) Aides négociées dans votre établissement via le chef d’établissement.

5) Contacter les professeurs ressources ASH de l’académie de Créteil

1.6 Ressources

Bibliographie

BARTH Britt-Mari
Le savoir en construction
RETZ Collection Education Culture, 2004

de la GARANDERIE Antoine
Tous les enfants peuvent réussir
Centurion, 1988
 
JUMEL Bernard
Aider l’enfant dyslexique
InterEditions, Paris, 2009
sommaire
 
REBOUL Olivier
Qu’est-ce qu’apprendre ? Pour une philosophie de l’enseignement
PUF Collection Education et formation 9ème édition 2001, avril
sommaire
 
TOUPIOL Gérard (sous la direction de)
Comprendre et aider les enfants en difficulté scolaire
RETZ, 2004
sommaire

Sitographie

Les principales étapes de l’évolution du langage
INPES - L’évolution du langage chez l’enfant : de la difficulté au trouble 
>> pages 17 à 40
http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/719.pdf
CLAP CHU NANCY - Principales étapes de l’acquisition du langage écrit  
http://clap.chu-nancy.fr/qu-est-ce-qu-un-trouble-des-apprentissages/troubles-specifiques-du-langage-ecrit/principales-etapes-de-l2019acquisition-du-langage-ecrit
Les troubles du langage : les DYS...
INSERM - Troubles des apprentissages : dyslexie, dysorthographie, dyscalculie...  
http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/troubles-des-apprentissages-dyslexie-dysorthographie-dyscalculie
Repérage, prévention, traitement des troubles du langage

Eduscol - Apprendre à lire avec un trouble du langage 
http://eduscol.education.fr/cid47442/prevenir-l-illettrisme%A0-note%A0numero%A02-apprendre-a-lire-avec-un-trouble-du-langage.html

TICE

Agence nationale des usages des TICE - Les sites Web plus accessibles aux malvoyants et aux dyslexiques 
http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/que-dit-la-recherche/les-sites-web-plus-accessibles-aux-malvoyants-et-aux-dyslexiques-33.htm

Agence nationale des usages des TICE - Outil d’intégration pour un élève dyspraxique 
http://www.agence-usages-tice.education.fr/temoignages/outil-d%E2%80%99integration-pour-un-eleve-dyspraxique-1138.htm

CogniSciences - Logiciels utiles aux dyslexiques 
http://www.cognisciences.com/article.php3?id_article=62
Ressources pour l’enseignant

Ministère de l’Education nationale - Banque d’outils d’aide à l’évaluation diagnostique
http://www.banqoutils.education.gouv.fr/

APEDYS - Deux exercices à proposer aux enseignants...
http://www.apedys.org/dyslexie/article.php?sid=296

APEDYS - Outils d’aide  
http://www.apedys.org/dyslexie/apedysnews.php?&aff=31&max=250&titre=Liste

 
Document(s) joint(s) :
Image(s) jointe(s) :
 

Inclure des élèves d’ULIS TFC en Technologie 1/2

Par : Minutolo Christophe
ULIS Troubles des fonctions cognitives

Troubles des fonctions cognitives : de quoi parle-t-on ?

Cet article a pour objectif de proposer une aide pour l’accueil des élèves en situation de handicap dans nos classes en cours de Technologie. Le choix du handicap associé aux troubles des fonctions cognitives étant le plus répandu dans les unités locales inclusions scolaire ULIS en collège et lycée est présenté dans l’article qui vous est proposé.

1.1. "Définition"

Parler de troubles des fonctions cognitives requiert une extrême prudence dans la mesure où les concepts liés et les notions associées de déficience comme de handicap intellectuel recèlent des enjeux idéologiques forts.

En effet, il faut souligner l’ambiguïté du mot trouble lié au concept de « handicap ». Ces termes désignent aussi bien des difficultés de nature physique, physiologique et/ou psychique limitant les capacités d’une personne, que les problèmes et les obstacles qu’elle rencontre dans sa vie quotidienne du fait de la spécificité de ses caractéristiques constitutives.

Quels que soient les termes adoptés, il s’agit de pouvoir qualifier tant une déficience intellectuelle (approche scientifique) que les conséquences entraînées par cette déficience (approche sociale).

Cependant, au vu de l’état actuel des recherches, de l’évolution de la réflexion et des textes législatifs, il convient de considérer l’ensemble des capacités d’organisation, d’intégration et de socialisation de l’individu. Les indications psychométriques ne sont plus qu’un élément parmi d’autres.

Les difficultés cognitives peuvent apparaître soit d’emblée dans le développement psychique de l’enfant, suite à des aberrations
chromosomiques, des maladies génétiques ou de développement in utero, soit survenir comme une détérioration secondaire, à la suite de problèmes de santé ou de maladies.

On parle volontiers, dans les causes les plus fréquentes de déficience intellectuelle, de la trisomie 21 et du syndrome de l’X fragile. Des facteurs aggravants liés à l’environnement, comme la maltraitance ou la négligence grave ou en lien avec une maladie mentale, comme la psychose, peuvent aussi jouer un rôle dans la survenue de troubles des fonctions cognitives.

[La Classification Internationale des Handicaps utilise le terme de "déficience intellectuelle" au lieu de "handicap mental". La déficience correspond à "toute perte ou anomalie au niveau psychologique, anatomique ou physiologique". Elle s’articule autour de 3 niveaux : corps, personnel et social, en interaction avec le contexte culturel et social.

De Boeck Université, 2001 OMS : "Est appelé handicapé celui dont l’intégrité physique ou mentale est progressivement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l’effet de l’âge, d’une maladie ou d’un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à occuper un emploi s’en trouve compromise".]

Paradoxalement en 2006, dans ses communications, une association comme l’UNAPEI* insiste encore sur l’évidence qu’« une personne handicapée mentale est une personne à part entière. Elle est ordinaire parce qu’elle connaît les besoins de tous, dispose des droits de tous et accomplit les devoirs de tous. Elle est singulière parce qu’elle est confrontée à plus de difficultés que les autres citoyens. Un individu en situation de handicap mental est avant tout une personne humaine ; celle-ci a besoin d’être davantage aidée et accompagnée différemment que les autres. »

*L’Unapei est la principale fédération d’associations représentant en France les personnes handicapées mentales et leurs familles.

1.2. "Handicap mental" et "handicap psychique" : quelle différence ?

Le "handicap mental" est la conséquence d’une déficience intellectuelle. La personne en situation de handicap mental éprouve des difficultés, plus ou moins importantes, de réflexion, de conceptualisation, de communication et de décision, qui nécessitent un accompagnement humain, adapté à son état et à sa situation.

Le "handicap psychique" est, quant à lui, la conséquence d’une maladie mentale. La personne handicapée psychique est marquée par une altération ou une perturbation de ses facultés mentales, susceptibles d’être guéries ou réduites, au moyen d’une thérapie adaptée.

1.3. Elèves présentant des troubles des fonctions cognitives : quelles difficultés ?

L’école est le lieu privilégié des apprentissages fondamentaux et du vivre ensemble. L’enfant s’y voit proposer un ensemble d’activités cognitives et sociales dans le respect de programmes officiels. Certains élèves éprouvent une certaine lenteur, des difficultés répétées, à répondre aux tâches proposées par l’enseignant dans les temps et les conditions impartis, qui à terme entraînent un retard effectif dans les acquisitions scolaires, des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation, de communication et de décision. Tout individu étant singulier, chacun présente des capacités et des difficultés propres mais du fait de la limitation de certaines ressources intellectuelles, il pourra éprouver des difficultés pour :

- organiser sa pensée,
- établir des liens de causalité,
- gérer ses actions,
- mémoriser des informations,
- fixer son attention
- établir une relation « banale »
- s’exprimer et communiquer facilement (code de communication et/ou de vocabulaire)
- suivre des règles culturelles élémentaires (code de communication, règles de vie)
- retrouver des données,
- anticiper et planifier,
- entrer dans la pensée abstraite,
- prendre en compte le contexte,
- apprécier l’importance des informations à disposition
- trouver une réponse adaptée rapidement
- agir aisément face à une situation donnée,
- s’adapter à des changements
- se repérer dans l’espace et le temps ...

Ce sont par ailleurs des élèves qui ont besoin de plus de temps, plus de répétitions pour assimiler, de passer par des exemples de situations concrètes, des manipulations, pour accéder à certaines notions ou à certains raisonnements.

Ils sont rassurés par des rituels et la réalisation de tâches répétitives, l’imprévu est souvent source d’angoisse et de perte de moyens.

Plus généralement, toute perturbation peut être énormément déstabilisante (effet de panique, de suivisme, démission... la personne peut rester sur place, parfois pendant des heures).

Ces élèves peinent à suivre le rythme de la classe qu’ils fréquentent et montrent un retard de développement par rapport à leur classe d’âge.

1.4 Quelques Statistiques :

En moyenne 9000 élèves 1er et 2nd degré confondus par an et académie. La répartition des élèves handicapés tous handicaps confondus dans le secondaire est la suivante à la rentrée 2011- 2012 : 69,6 % des élèves sont en collège, 10,3 % en lycées, 9,9 % en formation professionnelle pour les autres structures 10,2%. A savoir que ces élèves seront soit en inclusion dans vos classes quelle que soit la matière enseignée et pourront également être en dispositif ULIS encadré par le coordinateur et ayant des interventions disciplinaires spécialisées et adaptées. Cependant la prise en charge des enfants ne sera effective que si les parents et uniquement eux en font la demande . Dans le cas contraire, les élèves se trouveront dans une scolarité classique (voir le parcours d’un élève).

1.5 Comment se former ?

1) Le Plan Académique de Formation (PAF) est destiné à tous les personnels de l’Éducation nationale, quelle que soit leur fonction.

2) Le Certificat complémentaire pour l’adaptation scolaire et la scolarisation des élèves handicapés (2CA-­‐SH) -­‐ second degré.

3) Les stages MIN (Module d’Initiative Nationale)

4) Aides négociées dans votre établissement via le chef d’établissement.

5) Contacter les professeurs ressources ASH de l’académie de Créteil

1.6 Ressources

Bibliographie

BARTH Britt-Mari
Le savoir en construction
RETZ Collection Education Culture, 2004

de la GARANDERIE Antoine
Tous les enfants peuvent réussir
Centurion, 1988
 
JUMEL Bernard
Aider l’enfant dyslexique
InterEditions, Paris, 2009
sommaire
 
REBOUL Olivier
Qu’est-ce qu’apprendre ? Pour une philosophie de l’enseignement
PUF Collection Education et formation 9ème édition 2001, avril
sommaire
 
TOUPIOL Gérard (sous la direction de)
Comprendre et aider les enfants en difficulté scolaire
RETZ, 2004
sommaire

Sitographie

Les principales étapes de l’évolution du langage
INPES - L’évolution du langage chez l’enfant : de la difficulté au trouble 
>> pages 17 à 40
http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/719.pdf
CLAP CHU NANCY - Principales étapes de l’acquisition du langage écrit  
http://clap.chu-nancy.fr/qu-est-ce-qu-un-trouble-des-apprentissages/troubles-specifiques-du-langage-ecrit/principales-etapes-de-l2019acquisition-du-langage-ecrit
Les troubles du langage : les DYS...
INSERM - Troubles des apprentissages : dyslexie, dysorthographie, dyscalculie...  
http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/troubles-des-apprentissages-dyslexie-dysorthographie-dyscalculie
Repérage, prévention, traitement des troubles du langage

Eduscol - Apprendre à lire avec un trouble du langage 
http://eduscol.education.fr/cid47442/prevenir-l-illettrisme%A0-note%A0numero%A02-apprendre-a-lire-avec-un-trouble-du-langage.html

TICE

Agence nationale des usages des TICE - Les sites Web plus accessibles aux malvoyants et aux dyslexiques 
http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/que-dit-la-recherche/les-sites-web-plus-accessibles-aux-malvoyants-et-aux-dyslexiques-33.htm

Agence nationale des usages des TICE - Outil d’intégration pour un élève dyspraxique 
http://www.agence-usages-tice.education.fr/temoignages/outil-d%E2%80%99integration-pour-un-eleve-dyspraxique-1138.htm

CogniSciences - Logiciels utiles aux dyslexiques 
http://www.cognisciences.com/article.php3?id_article=62
Ressources pour l’enseignant

Ministère de l’Education nationale - Banque d’outils d’aide à l’évaluation diagnostique
http://www.banqoutils.education.gouv.fr/

APEDYS - Deux exercices à proposer aux enseignants...
http://www.apedys.org/dyslexie/article.php?sid=296

APEDYS - Outils d’aide  
http://www.apedys.org/dyslexie/apedysnews.php?&aff=31&max=250&titre=Liste

 
Document(s) joint(s) :
Image(s) jointe(s) :
 
Dernière mise à jour :
mercredi 30 novembre 2016