Concours DEFITEC 2013

Par : Muriel Esch , Olivier Kazmierowski

DEFITEC 2013 : Place à la créativité et à la technologie !


Pour la seconde année consécutive, DEFITEC s’est invité à Bussy-Saint-Georges. Mis en place par les associations « Du Fer au Savoir » de la fondation Arts et Métiers, « Femmes Ingénieurs » et par l’ASSETEC, association pour l’enseignement de la Technologie, le concours organisé par le collège Anne Frank s’est déroulé le lundi 27 mai au collège puis au lycée Martin Luther King. Pour cette 7ème rencontre, DEFITEC a réuni pas moins de 120 jeunes, accompagnés de leurs professeurs.
Des élèves de 6ème des collèges A. Frank, C. Monet et J.Y Cousteau, pour Bussy mais aussi ceux des collèges F. Giroud de Vincennes, E. Chevreul pour L’Haÿ-les-Roses, ainsi que les élèves de CM2 de l’école des Violennes et de J. Verne pour Bussy ont mené, durant plusieurs mois, un projet commun en Technologie. Objectif : réaliser à plusieurs classes un moyen de transport. Cette année, ils avaient le choix entre un monte-charge et un tramway aérien.
Ne disposant au départ que d’un simple châssis, chaque équipe a dû faire preuve d’imagination et de concentration pour en fabriquer les pièces manquantes. Après le décodage des documents techniques, il a fallu mettre en oeuvre les principaux façonnages (cisaillage, thermopliage, perçage et fraisage), étudier des principes techniques (transmission de mouvement, transformation d’un mouvement de rotation en un mouvement de translation), proposer une procédure d’assemblage et utiliser rationnellement les matériels et outillages, tout en échangeant des informations entre équipes de classes différentes et en utilisant de manière pertinente l’outil informatique. Bien entendu, les jeunes ont travaillé dans le strict respect des règles de sécurité.
Le matin du jour J, par équipes de 4 à 7, au collège Anne Frank, les élèves ont cherché à convaincre les jurys par la clarté et la précision technique de leurs explications sur le projet mené durant l’année, la démarche adoptée et les problèmes rencontrés. Les jurys, composés d’ingénieurs, de professeurs et d’élèves de 6ème , ont sélectionné différentes équipes qui se sont produites l’après-midi devant tous, dans le grand amphithéâtre du lycée M. L. King. Chaque équipe devenant jury à son tour.
Satisfaites par leur prestation et heureuses d’avoir pu s’impliquer dans une aventure aussi poussée, les équipes ont été récompensées par un beau trophée.
Ingénieur, un métier de passion et d’avenir
Également présent à cette rencontre afin de promouvoir la discipline, M. Viollin, IPR-IA de STI, n’a pas manqué de féliciter la jeune génération avant de lui présenter les spécificités de ce beau métier : « Pour être ingénieur, pas besoin d’être un génie ! Du travail, de la constance et de l’implication sont par contre nécessaires. Il faut être un bon communiquant pour comprendre les demandes et aider à les formaliser avant de monter un projet et le réaliser. Le métier d’ingénieur est un métier de passion et un métier d’avenir, très porteur : 10 000 ingénieurs manquent chaque année en France ! Dans 50 ans, il n’y aura plus de pétrole. C’est votre génération qui travaillera à la réalisation de solutions alternatives, qui concevra les prochains
cœurs artificiels… Un domaine et une profession qui restent à conquérir, notamment par les filles qui ne représentent, aujourd’hui, que 20% des ingénieurs… » a insisté Mme Mathieu, vice-présidente de l’association « Femmes Ingénieurs ». Un programme qui en a laissé rêveurs (rêveuses ?) plus d’un(e) et des vocations se sont peut-être révélées…
Ravie par le succès croissant de ce concours, après avoir remercié les membres des jury, les élèves et leurs professeurs, Mme Esch, co-organisatrice de la rencontre avec M. Carré, M. Kazmierowski et M. Poyet, professeurs de Technologie, nous donnent rendez-vous à l’année prochaine !

 
Image(s) jointe(s) :
 

Concours DEFITEC 2013

Par : Muriel Esch , Olivier Kazmierowski

DEFITEC 2013 : Place à la créativité et à la technologie !


Pour la seconde année consécutive, DEFITEC s’est invité à Bussy-Saint-Georges. Mis en place par les associations « Du Fer au Savoir » de la fondation Arts et Métiers, « Femmes Ingénieurs » et par l’ASSETEC, association pour l’enseignement de la Technologie, le concours organisé par le collège Anne Frank s’est déroulé le lundi 27 mai au collège puis au lycée Martin Luther King. Pour cette 7ème rencontre, DEFITEC a réuni pas moins de 120 jeunes, accompagnés de leurs professeurs.
Des élèves de 6ème des collèges A. Frank, C. Monet et J.Y Cousteau, pour Bussy mais aussi ceux des collèges F. Giroud de Vincennes, E. Chevreul pour L’Haÿ-les-Roses, ainsi que les élèves de CM2 de l’école des Violennes et de J. Verne pour Bussy ont mené, durant plusieurs mois, un projet commun en Technologie. Objectif : réaliser à plusieurs classes un moyen de transport. Cette année, ils avaient le choix entre un monte-charge et un tramway aérien.
Ne disposant au départ que d’un simple châssis, chaque équipe a dû faire preuve d’imagination et de concentration pour en fabriquer les pièces manquantes. Après le décodage des documents techniques, il a fallu mettre en oeuvre les principaux façonnages (cisaillage, thermopliage, perçage et fraisage), étudier des principes techniques (transmission de mouvement, transformation d’un mouvement de rotation en un mouvement de translation), proposer une procédure d’assemblage et utiliser rationnellement les matériels et outillages, tout en échangeant des informations entre équipes de classes différentes et en utilisant de manière pertinente l’outil informatique. Bien entendu, les jeunes ont travaillé dans le strict respect des règles de sécurité.
Le matin du jour J, par équipes de 4 à 7, au collège Anne Frank, les élèves ont cherché à convaincre les jurys par la clarté et la précision technique de leurs explications sur le projet mené durant l’année, la démarche adoptée et les problèmes rencontrés. Les jurys, composés d’ingénieurs, de professeurs et d’élèves de 6ème , ont sélectionné différentes équipes qui se sont produites l’après-midi devant tous, dans le grand amphithéâtre du lycée M. L. King. Chaque équipe devenant jury à son tour.
Satisfaites par leur prestation et heureuses d’avoir pu s’impliquer dans une aventure aussi poussée, les équipes ont été récompensées par un beau trophée.
Ingénieur, un métier de passion et d’avenir
Également présent à cette rencontre afin de promouvoir la discipline, M. Viollin, IPR-IA de STI, n’a pas manqué de féliciter la jeune génération avant de lui présenter les spécificités de ce beau métier : « Pour être ingénieur, pas besoin d’être un génie ! Du travail, de la constance et de l’implication sont par contre nécessaires. Il faut être un bon communiquant pour comprendre les demandes et aider à les formaliser avant de monter un projet et le réaliser. Le métier d’ingénieur est un métier de passion et un métier d’avenir, très porteur : 10 000 ingénieurs manquent chaque année en France ! Dans 50 ans, il n’y aura plus de pétrole. C’est votre génération qui travaillera à la réalisation de solutions alternatives, qui concevra les prochains
cœurs artificiels… Un domaine et une profession qui restent à conquérir, notamment par les filles qui ne représentent, aujourd’hui, que 20% des ingénieurs… » a insisté Mme Mathieu, vice-présidente de l’association « Femmes Ingénieurs ». Un programme qui en a laissé rêveurs (rêveuses ?) plus d’un(e) et des vocations se sont peut-être révélées…
Ravie par le succès croissant de ce concours, après avoir remercié les membres des jury, les élèves et leurs professeurs, Mme Esch, co-organisatrice de la rencontre avec M. Carré, M. Kazmierowski et M. Poyet, professeurs de Technologie, nous donnent rendez-vous à l’année prochaine !

 
Image(s) jointe(s) :
 
Dernière mise à jour :
mercredi 30 novembre 2016